Scandales financiers en chaîne : quand la finance (re)commence à s’emballer

Scandales financiers en chaîne : quand la finance (re)commence à s’emballer

La finance est essentielle : sans investisseurs solides, il sera difficile, voire impossible de relancer la machine. L’enjeu sera de concilier rentabilité et temps long, le seul capable de permettre à un chef d’entreprise de construire sur de solides fondations. Le ciment de cette conciliation, c’est la confiance. Elle doit être forte, mutuelle et réciproque : il faudra que l’investisseur repense ce qu’est le retour sur investissements à la lumière, notamment, de la performance extra financière, et que l’entrepreneur accepte, pour répondre à l’impérieuse nécessité des financeurs d’être rentables, de jouer avec eux le jeu de la transparence.

Quant aux avides qui contournent le système, ils seront toujours là : aux autres de les marginaliser pour que leurs pratiques néfastes ne fragilisent pas l’activité économique.

Archegos, Greensill, arnaque à Hollywood… Les affaires de débâcle financière s’enchaînent depuis quelques mois. Qu’il s’agisse de faillites inattendues, de fraude patentée ou encore d’arnaque pure et simple, ces affaires montrent le visage d’une partie peu reluisante du monde financier, dans laquelle l’appât du rendement semble faire oublier toute notion de maîtrise des risques.

Source : Scandales financiers en chaîne : quand la finance (re)commence à s’emballer

Affaire GameStop : l’incertaine « rébellion contre l’ordre établi »

Affaire GameStop : l’incertaine « rébellion contre l’ordre établi »

En cette époque où les fonds spéculatifs et activistes font parler d’eux, nous vous partageons, via le site Écologie humaine, une relecture intéressante de l’épisode GameStop, où comment des petits porteurs anonymes ont mis en échec une stratégie de spéculation à la baisse, sans que personne ne les voit venir. Nous ne savons trop quelles leçons en tirer, si ce n’est peut-être qu’il n’y a pas de Goliath sans un David caché quelque part !

Entre Robin des bois et le shérif de Nottingham se joue l’éternelle et incertaine bataille de la rébellion contre l’ordre établi. L’épisode GameStop qui a agité Wall Street au mois de janvier 2021 en a donné une illustration originale. L’économiste Pierre-Yves Gomez, professeur à l’EM Lyon Business School et co-initiateur du Courant pour une écologie humaine, propose une lecture.

Source : Affaire GameStop : l’incertaine « rébellion contre l’ordre établi »

Les pharmacies se lancent dans la responsabilité sociétale

Les pharmacies se lancent dans la responsabilité sociétale

Peut-on être pharmacien et s’engager dans une démarche RSE ? Oui, bien sûr ! L’association Pharma Système Qualité s’engage dans cette voie et propose un guide « Pharmacie ecoresponsable ».

Selon Laëtita Hible, sa présidente, «le médicament qui va améliorer et prolonger la vie des patients qui sont atteints d’une pathologie chronique, ce médicament a un impact sur l’environnement et le pharmacien va devoir travailler avec ce paradoxe ».

Dans le même article, on apprend que 44 % des français prennent au moins un médicament chaque jour. Et si un des axes de la pharmacie écoresponsable était l’éducation des patients, en tout cas de ceux dont la posture face au médicament peut parfois être plus proche de celle d’un consommateur que d’un patient ?

#RSE #pharmacie #ecoresponsabilité

– Début février, l’association Pharma Système Qualité a lancé son guide « Pharmacie écoresponsable ». Mais qu’est-ce qu’une pharmacie éco-responsable? Cet article est apparu en premier sur Natura Sciences.

Source : Les pharmacies se lancent dans la responsabilité sociétale

Accélérer la transition de nos entreprises vers une gouvernance partagée

Accélérer la transition de nos entreprises vers une gouvernance partagée

Nous vous partageons la profonde analyse de Martin Richer, du cabinet Management & RSE. Chez Kathekon, nous avons comme lui la conviction que c’est tout un système entrepreneurial qu’il faut repenser. Sans pour autant du passé faire table rase : il ne s’agit pas de repartir de zéro, mais d’adapter les entreprises aux enjeux de notre siècle pour réconcilier RSE et performance.

Ce qui manque aujourd’hui est une vision de l’entreprise à 360 degrés, repenser les articulations entre gouvernance, management et travail. Le constat est lucide : l’époque montre que notre modèle de management et de gouvernance est à bout de souffle ; le travail ne répond plus à ses fonctions émancipatrices ; les salariés ne s’y retrouvent plus ; les entreprises doivent repenser leur finalité.

Source : Accélérer la transition de nos entreprises vers une gouvernance partagée