Lors du premier confinement, en France, les habitants ont passé plus de 7 heures quotidiennes devant les écrans, simplement pour les loisirs (on ne compte pas les heures passées pour le travail) !!!

Partant de ce constat, le site Usbek&Rica publie une analyse qui se transforme en plaidoyer engagé pour nous inciter à exercer notre responsabilité individuelle et reprendre le contrôle.

Chez Kathekon, nous constatons que les problématiques liées à la qualité de la relation (humaine, avec leurs clients, leurs fournisseurs…) sont souvent centrales dans les enjeux de nos clients. En réparant les liens abimés, nous apportons souvent une grande partie de la réponse.

Voilà une bonne raison pour repenser nos rapports aux écrans : ils sont des outils, pas des prisons. À nous de réapprendre à en faire un usage juste.

Depuis le début de la pandémie de Covid-19, les écrans occupent encore davantage de place dans nos vies. Pourquoi ? Comment, au-delà des contraintes liées à la crise sanitaire (confinement, couvre-feu), expliquer qu’ils captent à ce point notre attention ?

Source : Devant les écrans, « désormais, on se lève et on se barre ! »