Agilité, intelligence collective, transformation des entreprises… De plus en plus de responsables d’entreprise s’accordent à dire que, pour répondre aux attentes des « ‘millenials » qui sont les collaborateurs de demain, l’entreprise doit changer en profondeur. Agilité, horizontalité, reformulation des postes, réorganisation des services : certaines organisations sont très avancées dans leur transformation.

En s’intéressant au groupe Facebook Neurchi, Le Monde met la lumière sur une face cachée de cette évolution managériale : la distance, voire le scepticisme qu’elle suscite. Comme si, parce que l’entreprise se rend responsable du bonheur intégrale de ses salariés, ceux-ci ont l’obligation en contrepartie d’être heureux au travail, d’aimer leurs collègues, leur organisation et d’avopir une motivation à 120 % chaque jour.

Ils sont 122 000 à tourner parfois en dérision ces nouveaux codes de l’entreprise. Sont-il 122 000 à se tromper ? Pas sûr. Quoi qu’il en soit ils méritent qu’on s’intéresse à eux.

Depuis deux ans, 122 000 internautes se gaussent de la « flexibilité » en entreprise en révélant la cruauté et la violence que recouvre ce concept.

Source : La méthode agile, tant vantée en management, est la risée des jeunes sur Facebook